La mission de consultance du cycle supérieur de management

La mission de terrain représente l’élément central du cycle supérieur de management de l'INET (CSM).

Axée sur une problématique réelle et une commande explicite d'une collectivité locale, la mission de consultance est d’une durée de dix mois et présente un intérêt partagé par tous : stagiaires et collectivités.

Un bénéfice concret pour la collectivité

La collectivité commanditaire bénéficie d'une mission de consultance de grande valeur, traitée par des cadres dont l'expérience est reconnue. Cette mission apporte à la collectivité un regard extérieur, neuf, qui lui permet d'apporter un souffle nouveau à son action.

Intelligence collective et créativité personnelle

Effectuée en groupe, la mission de consultance permet au stagiaire de mettre en pratique les enseignements et acquis méthodologiques des différents modules de formation du CSM.

Elle constitue l’aboutissement du processus d’apprentissage, mêlant intelligence collective et créativité personnelle. Elle favorise à la fois prise de recul, réflexion et action.

À son terme, la mission est validée par un mémoire soutenu devant un jury de fin de cycle.

Quelques exemples de missions :

  • Accompagnement du projet d’administration de la Ville : de l’appropriation par les cadres à l’accompagnement stratégique de la direction générale.
  • Conception et mise en œuvre du projet d’administration ville et agglomération.
  • Refonte des modalités d’intervention d’une agglomération dans le cadre de ses politiques publiques.
  • Bien vieillir dans un département : premier pas vers un système d’évaluation partagé.
  • Conception d’un dispositif de management de la performance.
  • Proposition d’un dispositif de pilotage stratégique, support de l’adaptation de l’organisation et de son fonctionnement.

 

"Des préconisations justes et sans concession"

Témoignage de Sonia Hassaïm, directrice générale adjointe, Communauté d’agglomération Sud de Seine
 
Les stagiaires de l’INET ont travaillé pour nous sur la fusion de deux directions – emploi et développement économique– en une seule. Leurs préconisations sont d’ores-et-déjà mises en œuvre. Grâce à une méthodologie très participative, cette réorganisation qui a nécessité des mutualisations a été très bien perçue par les agents en interne.  Un regard neuf, une grande écoute, une liberté d’approche ont caractérisé leur mission de consultance. Nous n’aurions pas eu un meilleur retour d’un cabinet extérieur.