L'examen professionnel d'administrateur territorial

Examen professionnel 2017
- Période d'inscription :  du 15 mai au 9 juin 2017
- Date limite de dépôt des dossiers : Le 16 juin 2017
- Phase d'admissibilité: juillet 2017
- Epreuves orales d'admission : septembre 2017

Inscription :
Pour s'inscrire, les candidats doivent renseigner le dossier de candidature en ligne.
Les candidats peuvent consulter et réimprimer leur dossier en ligne.

Pour constituer votre dossier de candidature, vous aurez besoin de faire compléter par votre employeur un état des services publics.

Pour plus d'informations, consultez la FAQ située à droite de l'écran ou contactez le service Concours du CNFPT : concours@cnfpt.fr.

Une vidéo a été réalisée afin d'accompagner les candidats. La vidéo réalisée en 2015 demeure valable pour la session 2016.


***********************************************************************************************

A compter du 1er janvier 2014, un examen professionnel d’accès au cadre d’emplois des administrateurs territoriaux est désormais prévu à la place de la voie de promotion interne au choix jusqu'ici réservée aux commissions administratives paritaires compétentes des collectivités pouvant recruter des administrateurs.

(Décret n° 2013-738 du 12 août 2013 - http://www.legifrance.gouv.fr )

 L’examen professionnel sera organisé annuellement par le CNFPT ; chaque session fera l’objet d’un arrêté d’ouverture publié au Journal officiel de la République française.

Cet arrêté précisera le nombre de postes ouverts à l’examen professionnel ( correspondant à 70 % du nombre d’admis aux concours d’administrateur territorial) ainsi que les modalités d’inscription (période de retrait des dossiers, dates des épreuves…).

(Décret n° 2013-766 du 23 août 2013 - http://www.legifrance.gouv.fr )

 

Conditions d’accès

Peuvent se présenter à l’examen :

1) les attachés principaux et directeurs territoriaux, conseillers principaux territoriaux des activités physiques et sportives de 2ème et 1ère classe, en activité ou en détachement justifiant, au 1er janvier de l’année de l’examen, de 4 ans de services effectifs dans l’un de ces grades ;

2) les fonctionnaires territoriaux de catégorie A qui ont occupé, pendant au moins 6 ans, un ou plusieurs emplois fonctionnels suivant : 

  • directeur général d'une commune de plus de 10 000 habitants ;
  • directeur général d'un établissement public local assimilé à une commune de plus de 20 000 habitants ;
  • directeur général adjoint des services d'une commune de plus de 20 000 habitants ;
  • directeur général adjoint d'un établissement public local assimilé à une commune de plus de 20 000 habitants ;
  • directeur général adjoint des services d'un département ou d'un région ;
  • directeur général des services des mairies d'arrondissement ou de groupe d'arrondissements des communes de Lyon et de Marseille de plus de 40 000 habitants ;
  • directeur général adjoint des services des mairies d'arrondissement ou de groupe d'arrondissements des communes de Lyon et de Marseille de plus de 40 000 habitants ;
  • emplois créés en application de l'article 6-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 et donc l'indice terminal brut est au moins égal à 966.

 

Epreuves

L’examen professionnel comprend 2 épreuves :

  • Epreuve d’admissibilité : examen du dossier de chaque candidat permettant d’apprécier son parcours professionnel et son aptitude à intégrer le cadre d’emplois des administrateurs territoriaux et tenant compte notamment des fonctions d’encadrement ou de conception exercées par le candidat.

(coefficient 3)

Toute note inférieure à 5/20 entraîne l’élimination du candidat.

Le dossier comprend :

  • Etat civil, formation initiale, situation administrative, formation professionnelle tout au long de la vie et niveau de qualification.
  • Parcours professionnel faisant apparaitre les fonctions d’encadrement et de conception exercées (présentation dactylographiée, 2 pages maximum).
  • Lettre de motivation (au choix dactylographiée ou non, 2 pages maximum) : le candidat porte une appréciation sur les différentes étapes de sa carrière, le sens qu’il veut lui donner et les raisons qui l’amènent à présenter sa candidature.
  • Rapport sur une réalisation professionnelle choisie par le candidat (dactylographié, 3 pages maximum). Ce rapport doit décrire avec précision une mission que le candidat a eu à mener dans son affectation actuelle ou immédiatement précédente. Le candidat choisira le sujet, décrira avec précision cette mission ou réalisation, ses enjeux, le rôle qui lui incombait et la méthode qu’il a choisie pour la conduire, en l’explicitant, le résultat obtenu et ce que le candidat en retire.
  • Etat détaillé des services établi par l’employeur.

 Seuls les candidats déclarés admissibles par le jury sont autorisés à se présenter à l’épreuve d’admission.

  • Epreuve d’admission : entretien avec le jury, destiné à apprécier les motivations et les aptitudes du candidat. Le jury dispose des évaluations ou notations obtenues par le candidat au cours des 10 dernières années.
(Durée 40 mn – coefficient 5)

Toute note inférieure à 5/20 entraîne l’élimination du candidat.

L’entretien se décompose en :

  • 1ère phase : appréciation des acquis de l’expérience professionnelle du candidat au vu des éléments présentés dans le dossier et le rapport (15 mn au plus).
  • 2ème phase : appréciation de l’aptitude du candidat à exercer les responsabilités dévolues aux administrateurs territoriaux (25 mn au moins).

 

Admission et inscription sur liste d’aptitude

Les candidats déclarés admis par le jury, dans la limite des postes ouverts à l’examen professionnel, sont inscrits sur liste d’aptitude par ordre alphabétique. Cette inscription ne peut intervenir qu’au vu des attestations précisant que les lauréats ont bien accompli dans leur cadre d’emplois ou emploi d’origine, la totalité de leurs obligations de formation de professionnalisation pour les périodes révolues.

 

Conditions d’accès

Peuvent se présenter à l’examen :

1) les attachés principaux et directeurs territoriaux, conseillers principaux territoriaux des activités physiques et sportives de 2ème et 1ère classe, en activité ou en détachement justifiant, au 1er janvier de l’année de l’examen, de 4 ans de services effectifs dans l’un de ces grades ;

2) les fonctionnaires territoriaux de catégorie A qui ont occupé, pendant au moins 6 ans, un ou plusieurs emplois fonctionnels suivant : 

  • directeur général d'une commune de plus de 10 000 habitants ;
  • directeur général d'un établissement public local assimilé à une commune de plus de 20 000 habitants ;
  • directeur général adjoint des services d'une commune de plus de 20 000 habitants ;
  • directeur général adjoint d'un établissement public local assimilé à une commune de plus de 20 000 habitants ;
  • directeur général adjoint des services d'un département ou d'un région ;
  • directeur général des services des mairies d'arrondissement ou de groupe d'arrondissements des communes de Lyon et de Marseille de plus de 40 000 habitants ;
  • directeur général adjoint des services des mairies d'arrondissement ou de groupe d'arrondissements des communes de Lyon et de Marseille de plus de 40 000 habitants ;
  • emplois créés en application de l'article 6-1 de la loi n° 84-53 du 26 janvier 1984 et donc l'indice terminal brut est au moins égal à 966.

Epreuves

L’examen professionnel comprend 2 épreuves :
• Epreuve d’admissibilité : examen du dossier de chaque candidat permettant d’apprécier son parcours professionnel et son aptitude à intégrer le cadre d’emplois des ingénieurs en chef territoriaux et tenant compte notamment des missions et des fonctions d’encadrement ou de conception exercées par le candidat.
(Coefficient 3)
Toute note inférieure à 5/20 entraîne l’élimination du candidat.
Le dossier comprend :
• Etat civil, formation initiale, situation administrative, formation professionnelle tout au long de la vie et niveau de qualification.
• Parcours professionnel faisant apparaitre les fonctions d’encadrement et de conception exercées (présentation dactylographiée, 2 pages maximum).
• Lettre de motivation (au choix dactylographiée ou non, 2 pages maximum) : le candidat porte une appréciation sur les différentes étapes de sa carrière, le sens qu’il veut lui donner et les raisons qui l’amènent à présenter sa candidature. Il doit y consigner l’essentiel de son expérience, ce qu’il en a retiré sur le plan humain et professionnel et les raisons qui le conduisent à vouloir donner une dimension supérieure à sa carrière.
• Rapport sur une réalisation professionnelle choisie par le candidat (dactylographié, 3 pages maximum). Ce rapport doit décrire avec précision une mission que le candidat a eu à mener dans son affectation actuelle ou immédiatement précédente. Le candidat choisira le sujet, décrira avec précision cette mission ou réalisation, ses enjeux, le rôle qui lui incombait (initiateur, pilote, contributeur), la méthode qu’il a choisie pour la conduire, en l’explicitant, le résultat obtenu et ce que le candidat en retire.
• Etat détaillé des services établi par l’employeur.
 Seuls les candidats déclarés admissibles par le jury sont autorisés à se présenter à l’épreuve d’admission.
• Epreuve d’admission : entretien avec le jury, destiné à apprécier les motivations, l’expérience professionnelle et les aptitudes du candidat à exercer les missions et responsabilités dévolues aux ingénieurs en chef territoriaux.
(Durée 40 mn – coefficient 5)
Toute note inférieure à 5/20 entraîne l’élimination du candidat.
L’entretien se décompose en :
• 1ère phase : appréciation des acquis de l’expérience professionnelle du candidat au vu des éléments présentés dans son dossier (15 mn au plus).
• 2ème phase : appréciation de l’aptitude du candidat à exercer les responsabilités dévolues aux ingénieurs en chef territoriaux (25 mn au moins).

Admission et inscription sur liste d’aptitude

Les candidats déclarés admis par le jury, dans la limite des postes ouverts à l’examen professionnel, sont inscrits sur liste d’aptitude par ordre alphabétique. Cette inscription ne peut intervenir qu’au vu des attestations précisant que les lauréats ont bien accompli dans leur cadre d’emplois ou emploi d’origine, la totalité de leurs obligations de formation de professionnalisation pour les périodes révolues.

Document(s)